Alimentation Et Vitalité

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Comme les autres rubriques de ce site, j’ai souhaité témoigner ici de notre rencontre avec l’alimentation vivante (et biologique bien sûr).


En mars 2005, nous avons eu le plaisir de découvrir ce type d’alimentation de façon tout à fait fortuite. Des amis qui faisaient étape chez nous ont proposé de préparer le repas du soir en nous annonçant ce soir c’est “living food !”.
Intéressés, nous avons participé à la préparation de ce repas mémorable qui comprenait notamment un tartare d’algues et des suchis avec un paté carottes noisettes et des pousses d’alfalfa. Si je me souviens encore de ce repas, c’est qu’il ne m’avais jamais été donné de déguster des mets aussi fins, pleins de vie et qui donnaient l’impression de nourrir toutes les parties de mon corps.

Ces amis sont repassés à plusieurs occasions dans les semaines qui ont suivi et nous leur demandions à chaque fois de nous montrer comment préparer les repas de cette façon. Nous avons ainsi commencé à intégrer de plus en plus d’algues, de graines germées aux repas. Les jus de légumes puis d’herbe de blé ont fait leur apparition dans notre vie. J’ai souhaité alors m’informer davantage sur ce type d’alimentation surprenant, ce la m’attirait et m’interpellait. Très peu d’informations étant disponibles en français, j’ai alors écouté les conférences en anglais disponibles sur le site de l’Institut de Santé Hippocrates, en Floride, qui explore ce type d’alimentation depuis un demi siècle. Après le coté alimentaire, j’ai alors découvert toute la dimension liée à la santé.
C’est précisément à ce moment qu’un membre de notre famille a commencé à rechuter d’une grave maladie qui menaçait son existence même.

Je ne crois plus au hasard. Je découvrais à peine qu’aux Etat Unis et dans d’autres pays dans le monde, il était possible d’accompagner des personnes pour retrouver leur santé grâce à un changement de mode de vie incluant notamment une nouvelle alimentation dont je découvrais moi même les bienfaits. Un matin, en me réveillant plus tôt que d’habitude, j’ai pris conscience subitement que la vie de ce proche était vraiment en danger et je lui ai écrit une lettre l’enjoignant d’entreprendre un séjour aux Etats Unis à l’Institut de Santé Hippocrates (le centre le plus ancien et le plus célèbre, mais il y en a d’autres) pour réussir à changer son mode de vie qui ne lui procurait plus la santé. 

Le temps jouait contre nous et le départ s’est alors précipité en juillet 2005 comme les séjours trois semaines en français ne sont proposés que tous les six mois. Ce séjour a boulversé ses habitudes alimentaires et l’a conduit à entreprendre de grands changements dans son quotidien. Sa situation s’est alors stabilisée puis elle a commencé à s’améliorer. Tout ceci est très récent

Devant ce vécu familial et ces résultats positifs, j’ai eu envie de proposer au Dr Brian Clement, le directeur de l’Institut dans lequel s’était rendu mon proche, d’animer un stage de deux jours, à Auxerre, pour faire découvrir cette approche et cette relation scientifique basée sur leurs cinquantes années de recherche clinique aux USA. Ce qui fut fait. Etant de formation scientifique, j’ai ensuite eu envie de recroiser toute cette masse d’informations sur l’alimentation et la santé avec d’autres auteurs (notamment Dr Gabriel Cousens auteur de “Conscious Eating”et la lecture d’une des plus grande étude américaine jamais entreprise sur la relation entre alimentation et santé : “Le rapport Campbell”), c’est ce que je fais actuellement, et je tombe de Charybde en Sylla en m’étonnant du fait que des choses si simples ne sont pas connues du grand public. Mais chaque être humain sur Terre doit manger plusieurs fois par jour pour vivre. J’ai alors compris que la santé et l’alimentation sont deux domaines dans lesquels les lobbyes dont nous sommes dépendants (ou non) pour notre alimention et notre santé ont une puissance financière colossale et nous abreuvent de messages qui finissent dans l’inconscient collectif par devenir des vérités à force de méthode coué et de publicité. Certaines vraies vérités ne sont, elles, pas rentables à diffuser…

En ce qui me concerne, et devant les résultats constatés auprès de ce proche, j’ai dans un premier temps adopté ce type d’alimentation pour les 2/3 environ de mon alimentation le tiers restant de cuit étant principalement des céréales (quinoa, riz) ayant trempé une nuit, et des légumes cuits (chou fleur, brocoli…) à la vapeur dans un récipent en bambou que l’on trouve chez les marchands chinois. C’est à peu près la proportion que conseille l’institut Hippocrates pour les personnes en bonne santé. Les autres membres de la famille l’ont adopté aussi en partie. Ce que j’ai observé est un bien être général, depuis que j’ai entamé cet changement je n’ai plus du tout de maux de tête alors que j’en avais régulièrement auparavant, mes problèmes dentaires ont cessé. Néanmoins, ce qui m’a le plus surpris, ce sont les modifications qui sont intervenues au niveau émotionnel et pychologique avec notamment une sensibilité accrue. La crise de détoxification qui d’habitude se produit à un niveau physique - je l’ai même observé en novembre, lors du stage, avec deux jours d’alimentation vivante pour certaines personnes qui n’avaient jamais mangé comme ça - , s’est essentiellement manifestée pour moi à un niveau psychologique. Etant curieux, j’ai cherché une explication à ce phénomène. Andy Bernay Roman décrit bien le processus (je ne vais pas reprendre ici le détail de son propos, centré sur la notion de psychoneuroimmunologie) dans son livre “A sentiment profond, guérison profonde”, résumé dans cette phrase : “Vous ne pouvez tout simplement plus étouffer vos émotions quand vous avez un régime sain et riche en enzymes”. C’est exactement ce que je vis, avec les cotés positifs et d’autres plus déconcertants. Depuis avril 2007, je suis passé au cru intégral par goût de l’expérience et des aliments, et parce que j’ai la conviction intime que c’est la meilleure façon pour moi de nourrir mes cellules.

 

  

 Mon intuition profonde par rapport à ce type d’alimentation est qu’il s’agit d’une façon de se nourrir qui soutient notre bien être général, notre santé, notre équilibre physique, psychologique, émotionnel et spirituel.
En faisant partager ce message, j’ai l’impression d’avoir quelques générations d’avance et d’être en décalage notoire avec la façon de manger en France.
Un jour, il y a quelques années, lors d’une visite dans une  maison de retraite, j’ai découvert des personnes qui n’étaient plus que des ombres d’elles mêmes. Ces personnes sont victimes bien souvent de pathologies diverses qui évoluent en silence pendant 50 ou 60 ans, et se déclarent brutalement en fin de vie; lorsque cette vie n’a pas été écourtée par une de nos maladies modernes que la médecine attribue souvent à “pas de chance” (c’est plus facile que de remettre sa façon de vivre en question)

Pour avoir étudié un peu le fonctionnement du corps humain, qui est pour moi une des plus belle merveille de la création, je ne peux pas croire que nous sommes destinés à finir notre vie dans la décadence, la souffrance et l’incompréhension, comme c’est le cas pour de nombreuses personnes aujourd’hui.
Aussi, aujourd’hui, j’ai décidé d’adopter un mode de vie qui me soutient, qui me nourrit à un niveau cellulaire et profond et qui m’ouvre de nouveaux horizons : une vraie quête.

Je vous invite donc à marcher sur votre propre chemin de découverte en écoutant votre intuition, en tatonnant, en goûtant, en partageant, en expérimentant au delà des messages alimentaires de l’inconscient collectif. Très peu d’informations sont disponibles en français. J’ai essayé, en attendant la publication d’ouvrages sur le thème (à venir aux éditions Biovie), de rassembler tout ce que j’avais pu trouver sur ce site, en proposant notamment l’enregistrement du stage d’Auxerre en téléchargement gratuit,ainsi qu’un recueil de cuisine vivante complet (ci contre). qui aborde les thèmes suivants :
  * La cuisine, équipement, garde manger
* Jus de légumes, jus verts et jus de fruits
* Les graines germées, les jeunes pousses, les salades, les noix
* Les algues
* Lactofermentation, déshydratation basse température, soupes crues
* Désserts, petits déjeuners
* Les étapes de transition vers l’alimentation vivante

 

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »